Description du projet

Simone Veil et les siens
Album

Préface d’Annick Cojean
Marc Grinsztajn
Jean Veil
Pierre-François Veil

Aux éditions Grasset
De Simone Veil, on réduit trop souvent la biographie à quelques dates phares, dont, évidemment, celles du débat sur l’IVG, en 1974. De même de son image et des rares signes électifs qui l’incarnent aux yeux des Français  : un chignon fidèle qu’elle n’acceptera de défaire qu’une seule fois en public, un immuable tailleur Chanel, dont ne varie que la couleur, un collier de perles porté sur une lavallière. A la différence sans doute des simplifications biographiques, cette austérité est délibérée. Elle est aussi comme la cuirasse d’une femme parvenue au sommet de l’Etat, soucieuse d’opposer à la curiosité du public et des journalistes une image qui n’offre aucune prise, aucune perspective personnelle.
Tout au long de sa vie publique, Simone Veil a soigneusement protégé son intimité familiale et amicale. Antoine, son mari, apparaît parfois au cours de ses campagnes, mais toujours saisi comme une apparition «  officielle  ». De même de ses enfants, photographiés publiquement, par exemple au ministère de la Santé  juste avant les débats sur l’avortement, autour d’une table qui réunit la ministre et son cabinet.